Portage salarial VS Coopérative,
Que le meilleur gagne !

Portage salarial, CAE, auto-entrepreneur, freelance … Après quelques recherches sur Google sur les statuts possibles lors d’un projet de travailleur indépendant, on se retrouve vite perdu…
Pour contraster avec ce titre volontairement accrocheur, nous avons décider de confronter le portage salarial et les Coopératives d’Activités et d’Emplois. Pour quelles raisons ? Portage salarial et CAE présentent des avantages communs pour l’entrepreneur souhaitant développer une activité et une clientèle. Cependant, des différences majeurs existent, nous allons vous les détailler.

Devenir associé d’une CAE est un engagement beaucoup plus fort que choisir une société de portage salarial.

Si le contrat de portage salarial est souvent un CDD, le contrat en CAE est en revanche un CDI. En entrant dans la coopérative, le salarié intègre une coopérative pour les entrepreneurs, par les entrepreneurs. Au bout d’un certain temps celui-ci deviendra associé de cette CAE, ainsi, le lien entre la CAE et ses salariés est beaucoup plus fort que le rapport commercial existant entre une société de portage salarial et les consultants portés.

 

La CAE a vocation à voir rester les entrepreneurs dans la durée, en signant des CDI; la société de portage, elle, fonctionne à la base avec des CDD ou des contrats intermittents qui collent aux missions ou chantiers ponctuels des entrepreneurs (une fois terminés, ils n’ont plus de lien avec la société de portage), dans un contexte qui se rapproche du travail intérimaire.

Un lien fort entre les membres de la CAE

Les points de comparaison entre les deux formules sont à établir en six points :

  • 1.    le projet d’entreprise
  • 2.    l’inscription dans le territoire; les partenariats.
  • 3.    les statuts sociaux respectifs.
  • 4.    les métiers concernés.
  • 5.    l’accompagnement et l’encadrement.
  • 6.    le renforcement de la pérennité de l’entreprise.

Au sein d’une CAE, l’entrepreneur est partie prenante de la structure et de son projet collectif, il a vocation à en devenir associé. Avec la société de portage il entre dans une relation de client-prestataire, et n’intervient pas dans son fonctionnement dont il reste extérieur.

A l’inverse, l’entrepreneur-salarié d’une CAE participe au fonctionnement de cette CAE, à l’élection du gérant de la CAE, rencontre régulièrement les autres associés de cette CAE… Il intègre donc une structure et son système de valeurs. C’est d’ailleurs là tout l’intérêt des CAE.

Le statut de CAE implique les salariés en leur ouvrant statutairement le capital de l’entreprise : les membres ont la double qualité de salarié et d’associé. Il rend obligatoire la signature d’un accord de participation, gage de l’intégration du nouvel entrant dans la vie de l’entreprise.

 

La CAE promeut l’entrepreneuriat collectif et collaboratif.

Vous souhaitez en savoir plus sur nos dispositifs d’accompagnement ? Alors, cliquez !