Plus d’info sur Camille ici

  • Quel est ton parcours? 

Le chaos a son CV, et ma photo est mise juste à côté de l’intitulé de poste : Acharnée.

Après des études arrêtées rapidement pour des raisons financières et des années d’intérim’ pour les mêmes justifications (parmi lesquelles devaient arriver en pôle-position le loyer, la nourriture, et autres « indispensables-mais-coûteux » de la vie réelle), la reconversion s’est imposée, petit à petit, à force d’enchaînement de boulots sans saveur, sans défi, sans complexité.

 

Je parle de parcours chaotique, mais en réalité, il est fondamentalement cohérent : il incarne un esprit curieux, combatif, et polyvalent. Un diamant brut qui se taillera pendant des années, avant de savoir sur quelle monture il veut se mettre. Oui, c’est beau.

 

 

  • Quel est ton projet aujourd’hui?

Etre Rédactrice Web n’est pas du tout suffisant. Il me faut l’autonomie à moindre coûts. C’est à dire dégager un salaire viable, pour la moitié d’un travail. Non pas par flemmardise, mais parce que je ne souhaite pas délaisser l’écriture au profit de la rédaction. Promouvoir de grandes marques peut être un exercice intéressant, particulièrement quand celles-ci comprennent les enjeux du Content Marketing, mais n’oublions pas que je suis avant tout auteur. Et que de cette passion est née mon métier. Mon projet est donc de mener les deux de front, dans une vie viable et confortable.

 

  • D’où t’es venue cette idée? Cette envie d’entreprendre ?

C’est une discussion qui m’a fait connaître ce métier. J’ignorais qu’il existait réellement des sociétés prêtes à payer des gens pour écrire… Moi qui le faisais si facilement pour rien.

 

Devenir entrepreneur n’était pas mon premier choix : à l’origine je souhaitais être salariée, à « un peu plus que le SMIC », afin de stabiliser ma situation, et ainsi exercer un métier qui me plaisait. Hélas, les sociétés n’embauchent pas sans diplôme, alors, j’ai décidé de me lancer seule.

 

Maintenant, je connais des agences qui regrettent, car je suis plus chère en Freelance, et plus compétente. (Ici, votre servante vous suggère d’ajouter un gif démoniaque, quelque chose qui traduirait admirablement bien cette revanche – mesquine – mais jouissive.)

 

  • Pourquoi avoir choisi de devenir coopérateur ?

Le format de coopération et de CAPE faisait moins peur. Quant à Boréal Innovation particulièrement : elle avait l’air sympathique et dans le coin. Disons que c’est clairement l’idée de « l’union fait la force » qui a guidé ce choix.

 

  • Quel(s) conseil(s) donnerais-tu à un futur entrepreneur ?

De ne pas croire que ça va se passer comme dans les séries US, ou sur les plaquettes « commerciale » des politiques et autres vendeurs de rêves. Entreprendre, c’est surtout partir à sa propre rencontre. Et tout le monde n’en est pas capable. Et ça n’est pas une honte. Quant au conseil le plus important selon moi : Ne jamais céder. Surtout pas face à soi-même.

 

  • Quels sont tes projets pour la suite ?

Arriver à jongler parfaitement entre mes deux casquettes, et vivre correctement. Terminer la longue fanfiction (vous chercherez) que je suis en train d’écrire. Republier Narcissisme (un recueil de nouvelles) officiellement cette fois-ci. Ecrire et terminer mes histoires. Conquérir le monde, et changer l’eau du chat.